Interview express de Mme Brigitte Kuster, maire 17e ardt Paris sur l'ide...

CINEMA - ma sélection de films en salles / mes COUPS de COEUR

Des sorties de ce mercredi 28 janvier 2015, je recommande...
[COUP de COEUR] "Imitation Game" de Morten Tyldum. D'après l'histoire vraie d'Alan Turing, homosexuel britannique brimé par les autorités des années 30, 40 et 50 (il en mourut et ne fut réhabilité que récemment par la Reine) qui permis pourtant, pendant la 2eme guerre mondiale, de décrypter ENIGMA la machine codée allemande, grace à son génie mathématique et ainsi de raccourcir cette guerre de deux ans et donc de sauver des millions de gens. Remarquable interprétation de Benedict Cumberbatch dans une réalisation percutante construite comme un thriller. En bonne route pour les prochains Oscars.
Critique choisie :
L'interprétation d’un génie profondément solitaire et mal dans sa peau est vraiment étonnante, donnant à la narration sophistiquée d"’Imitation Game" de troublantes nuances d’humanité." Ted Hardy-Carnac, aVoir-aLire.com

autres films recommandés...

. "Phoenix" de Christian Petzold . Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, Nelly, une survivante de l'Holocauste revient chez elle sous une nouvelle identité. Elle découvre que son mari l'a trahie... Mon avis : On est scotché par la force de la mise-en-scène autour de personnages singuliers. Critiques choisies : "Au-delà de toute vraisemblance, il impressionne par la force et la singularité de son suspense, servi par des acteurs et une mise en scène au cordeau." Alexis Campion, Le Journal du Dimanche "Petzold reforme le couple de Barbara pour un "Vertigo" après Auschwitz en donnant le rôle moteur au personnage féminin. Brillant et mieux encore." Claude Rieffel , aVoir-aLire.com


. "Les Nuits d'été" de Mario Fanfani
. Dans la France des années 50, en guerre contre l'Algérie qui réclame son indépendance, un respectable notaire de province, soucieux de son étude et très sincèrement épris de son épouse, abrite chaque week-end, dans sa résidence secondaire, un secret : son goût pour le travestissement. Mon avis : Troublant et intelligent. Critique choisie : Ambiance onirique et décalée pour cet hommage au cinéma d'antan, entre Jacques Demy et Visconti. Un parfum subtil." Femme Actuelle


Des films sortis très récemment, je recommande...

"Une merveilleuse histoire du temps"
de James Marsh : Un beau mélo sublimé par les performances de Felicity Jones et d'Eddie Redmayne, jeune acteur british dans un rôle subtil et touchant.
 

Et 2 COUPS de COEUR

. "Foxcatcher" de Bennett Miller. Inspiré d’une histoire vraie, Foxcatcher raconte l’histoire tragique et fascinante de la relation improbable entre un milliardaire excentrique et deux champions de lutte. 

Mon avis : Belle réflexion sur le pouvoir néfaste de l'argent. Interprétations remarquables et reconstitution fascinante d'un univers particulier grace à une réalisation qui vous prend au corps et aux tripes. Critiques choisies : "Bennett Miller, l’auteur du crépusculaire "Truman Capote", a tiré un film inquiétant, dont la beauté plastique, fascinante, le dispute à une formidable acuité politique."  Isabelle Régnier, Le Monde. "Steve Carell a plongé dans son personnage très inquiétant, au lourd passé, avec des arguments de jeu tout neufs. Résultat : le moindre de ses regards, la plus anodine de ses répliques face à Channing Tatum sont sous haute tension. Contre un acteur pareil, on ne peut pas lutter."   Pierre Vavasseur, Le Parisien "La mécanique médiocre et implacable d’un désir, qui passe par la possession, l’illusion et la destruction. Regarde les hommes lutter et tomber. Grand film."  Jean-Nicolas Schoeser, Culturopoing.com. "Homélie funèbre d'une époque, l'autopsie d'un rêve américain vidé de sa substance."  Simon Riaux, Ecran Large


"DISCOUNT" de Louis Julien Petit. Une comédie cash.
Des employés d'un supermarché, bientôt licenciés pour être remplacés par des caisses automatiques, décident d'en détourner la marchandise pour créer leur épicerie solidaire. Rythme enlevé, non dénuée d'humour et d'un peu de tendresse, interprétée par des comédiens tous excellents (de vraies tronches de prolos sympathiques) dont Corinne Masiero (l'émouvante "Louise Wimmer"), cette comédie sociale "cash" remplit son rôle pour que le spectateur y trouve aussi son compte. Critiques choisies : "Un film citoyen qui pose les bonnes questions avec la dose d’humour nécessaire pour offrir une comédie efficace." Virginie Morisson, aVoir-aLire.com  "Une vraie comédie sociale française à la Ken Loach ! Chaleureuse, populaire, entre énergie du désespoir et ­humour de résistance, à la manière de "Raining Stones" et son réconfortant système D contre la misère ordinaire." Guillemette Odicino, Télérama "Discount" réussit là où tant d’autres comédies françaises échouent souvent : crédible, drôle, émouvante, parfois maladroite mais résolument sincère." Fabien Reyre, Critikat.com "En plus d'être un bon film, "Discount" peut se révéler une bonne affaire." Christophe Carrière, L'Express

. "The Cut" (La blessure") de Fatih Akin avec un Tahar Rahim complétement incarné dans un rôle de père de famille pendant le génocide des arméniens (Anatolie, 1915)
.

"A Most Violent Year" de J.C; Chandor :
Une excellente invitation à la réflexion sur la justification des moyens mis en œuvre pour arriver à ses fins. Mise-en-scène magistrale !
 
[COUP de COEUR] "Timbuctu" d'Abderrahmane Sissako.
Mon avis :  Une oeuvre humaniste d'une beauté symbolique intense. Paysages, personnes, ellipses cinématographiques, et l'humour face à des situations ubuesques voire cruelles, tout participe à faire passer un message de générosité et d'ouverture au monde. Un très grand film donnant son sens au mot "liberté" et que beaucoup devrait se précipiter d'aller voir.
Le Pitch : Non loin de Tombouctou tombée sous le joug des extrémistes religieux, Kidane  mène une vie simple et paisible dans les dunes, entouré de sa femme Satima, sa fille Toya et de Issan, son petit berger âgé de 12 ans.
En ville, les habitants subissent, impuissants, le régime de terreur des djihadistes qui ont pris en otage leur foi. Fini la musique et les rires, les cigarettes et même le football… Les femmes sont devenues des ombres qui tentent de résister avec dignité. Des tribunaux improvisés rendent chaque jour leurs sentences absurdes et tragiques.

Kidane et les siens semblent un temps épargnés par le chaos de Tombouctou. Mais leur destin bascule le jour où Kidane tue accidentellement Amadou le pêcheur qui s'en est pris à GPS, sa vache préférée.
Il doit alors faire face aux nouvelles lois de ces occupants venus d’ailleurs…

L'ensemble de la critique est élogieuse : "Magnifique poème africain contre l'extrémisme religieux." Caroline Vié, 20 Minutes "La beauté du film réside dans le mélange savant entre horreur et beauté."Camille Choteau, Gala "La force du film réside (...) dans le contraste entre la cruauté des situations et la vénusté des visages et des panoramas. Un antagonisme qui donne naissance à des moments de pure poésie où se confondent le beau et l’absurde, la haine et l’amour, l’espoir et le désespoir." Mehdi Omaïs, Metro "Timbuktu" rend grâce aux femmes, intrépides et premières victimes des salafistes, en appelle au courage et à la course à la vie. À l’aune de quelques stupéfiants morceaux de bravoure, s’y trouve célébrée une terre de 7e art d’une richesse inouïe." Philippe Lagouche, La Voix du Nord "Le regard de Sissako dépasse largement l’actualité retentissante qui a suscité son film pour porter un regard à l’échelle de la communauté humaine."  Benoît Smith, Critikat.com "Solaire et bouleversant, [il] suscite en nous des émotions nées de la révolte face à la barbarie, mais aussi de l'humour et de la vie, intacte, frémissante, des hommes, des femmes et des enfants filmés par Sissako."  Valérie Marin La Heslée, Le Point "Timbuktu" est un chef-d’oeuvre qui palpite d’émotion, fait vibrer notre colère et suscite notre admiration."  Danièle Attali, Le Journal du Dimanche "Difficile de ne pas se laisser happer par la beauté formelle de "Timbuktu". Difficile de ne pas être saisi par l'esprit de résistance des personnages féminins, tous terriblement attachants. Difficile, en somme, d'oublier "Timbuktu". Positif Ariane Allard "Edifiant et brillant" Emmanuelle Spadacenta, CinemaTeaser "Un film fort et profond, d’une grande beauté formelle. Ignoré du palmarès cannois : cela pourtant valait bien une Palme."  Le Dauphiné Libéré "Cette oeuvre (…) provoquera sans nul doute émoi et indignation chez le spectateur qui se doit, autant par citoyenneté que par cinéphilie, de découvrir ce formidable message d'alerte." Terrence Baelen, aVoir-aLire.com

"Mon Amie Victoria" de Jean-Paul Civeyrac. Mon avis : Une fable sociale autour du choix traitée avec beaucoup de délicatesse.
Critiques choisies : "Civeyrac raconte en premier lieu l’histoire d’une personne qui, accrochée à une illusion, laisse sa vie défiler jusqu’à n’en reprendre le contrôle qu’en faisant un choix terrible." Benoît Smith, Critikat.com "Cette adaptation subtile d'un roman de Doris Lessing évite toute forme de manichéisme pour dénoncer un racisme ordinaire par le biais d'une fable sociale solidement charpentée."  Caroline Vié, 20 Minutes "De cette destinée tragique, Civeyrac tire un mélodrame aérien en apparence distant, voire clinique, qui travaille moins à l’irruption des sentiments qu’à leur refoulement." Romain Blondeau, Les Inrockuptibles "En respectant, comme un sanctuaire, le mystère de ses personnages, Civeyrac se concentre sur les actes, sur les gestes, et en saisit les effets sur les visages, à même la peau. Il renouvelle ainsi le genre du mélodrame en lui donnant la puissance d’une tragédie politique contemporaine." Isabelle Regnier, Le Monde "Mon amie Victoria" renvoie ainsi irrésistiblement au chef-d'oeuvre de Douglas Sirk, "Mirage de la vie". Pas seulement par ses thèmes, mais aussi par le doute métaphysique qu'il laisse planer sur toutes les activités et les passions humaines." Louis Guichard, Télérama "Ce film impressionne par son ton romanesque, sa mélancolie lumineuse, sa mise en scène minutieuse qui préserve le côté énigmatique de l’héroïne tout en pointant les ambivalences de chacun." Alexis Campion, Le Journal du Dimanche "Jean-Paul Civeyrac signe un film puissant et délicat, qui joue habilement avec les ellipses, les atmosphères ambiguës et une proximité ultra-sensible aux acteurs." Olivier de Bruyn, Positif


Des autres films en salles sortis précédemment, je recommande...


"Fidelio, l’odyssée d’Alice" de Lucie Borleteau
Mon avis :  On se laisse embarquer dans cette immersion en eau profonde, sensuelle et sentimentale, d'une femme amoureuse avec une Ariane Labed lumineuse. Critiques choisies :
"Un océan, un vieux rafiot, le visage paysage d'Ariane Labed, les ombres de Melville et de Conrad, la musique épidermique de Ravel, atouts cultes de ce film sensuel et sensoriel." Philippe Lagouche, La Voix du Nord. "Alice (Ariane Labed), qui fait carrière dans la marine marchande, embarque sur le cargo Fidelio. À terre, elle laisse un amoureux, Félix (Anders Danielsen. À bord, elle en retrouve un autre : le commandant du bateau, Gaël, (Melvil Poupaud) a été son premier amour. Au milieu d’un équipage cosmopolite, entre un incident dans la salle des machines et le traditionnel carnaval au passage de la Ligne, il y a place pour l’érotisme et le vague à l’âme. Le mélange d’observation réaliste et de romanesque rêveur fait le charme original de ce premier long-métrage de Lucie Borleteau. La réalisatrice a installé sa caméra sur un vrai cargo, et capte en format scope les plus divers aspects de la vie à bord, du fonctionnement technique à la vie collective et aux sentiments intimes. Un attachant portrait de femme dans un temps suspendu." Marie-Noëlle Tranchant, Le Figaro "Lucie Borteleau signe un premier long-métrage puissant et abouti. Sa façon de filmer le Fidelio, cet énorme cargo, de restituer la vie à son bord a une valeur documentaire. Ariane Label est remarquable, femme libre, forte et magnifique." Pierre-Yves Grenu, Culturebox "Fidelio, l'odyssée d'Alice" aurait pu être une chronique de la difficulté d'être femme en milieu masculin. Mais s'il aborde le sujet, c'est sans pesanteur didactique, comme un trait parmi d'autres de la vie d'Alice."  Noémie Luciani, Le Monde "Un grand récit sentimental et sexuel à la croisée des imaginaires et des genres." Romain Blondeau, Les Inrockuptibles

« La Famille Bélier » d'Eric Lartigau Vous voulez rire, pleurer, bref être ému(e) devant une belle histoire qui traite de la différence et des rêves que nous avons... Alors, ce film est pour vous. Tous les acteurs sont parfaits. Karin Viard, François Damiens et l'épatant Eric Elmosnino. Dans son premier rôle, la jeune Louane Emera est époustouflante de fraîcheur. Une étoile est née. Un prochain César ne m'étonnerait pas pour elle. 
Critiques choisies :  "Familial, "feel good", drôle et émouvant" Annabelle Laurent, 20 Minutes "Ce qui aurait pu souvent tourner au mélo, à la caricature, reste emprunt d'une pudeur à vous tirer les larmes. Et l'émotion qui vibre dans la voix de Louane Emera (...) parfait ce film magnifique. " Maguelone Bonnaud, Le Parisien   "Parce que le scénario est imparable (...). Et traité avec sincérité, il devient fédérateur. C'est tout ce qu'il mérite."  Christophe Carrière, L'Express "Le film, audacieux, s'élève au-dessus de la production comique française. Les chansons sont de Michel Sardou. Pour une fois, le public mal-entendant est privilégié." Thomas Sotinel, Le Monde "Cette comédie doucement euphorisante donne raison à ce bon vieux Michel : "La vie c'est plus marrant, c'est moins désespérant, en chantant." Cécile Mury, Télérama
Le pitch : Dans la famille Bélier, tout le monde est sourd sauf Paula, 16 ans. Elle est une interprète indispensable à
ses parents au quotidien, notamment pour l’exploitation de la ferme familiale. Un jour, poussée par son professeur de musique qui lui a découvert un don pour le chant, elle décide de préparer le concours de Radio France. Un choix de vie qui signifierait pour elle l’éloignement de sa famille et un passage inévitable à l’âge adulte.

"Coming Home" de Zhang Yimou.
Mon avis : Auteur de films remarquables ("Le Sorgho rouge", "Epouses et concubines"),
avec une histoire d'amour hors du commun, le réalisateur chinois a choisi d'émouvoir plus que de faire réfléchir sur les dégâts de la révolution culturelle de Mao. A voir surtout pour la prestation de Gong Li.
Le pitch : Lu Yanshi, prisonnier politique, est libéré à la fin de la Révolution Culturelle. Lorsqu’il rentre chez lui, il découvre que sa femme souffre d’amnésie. Elle ne le reconnait pas et chaque jour, elle attend le retour de son mari, sans comprendre qu’il est à ses cotés.
Critiques choisies :  "(D'une) situation déchirante, Zhang Yimou tire un mélodrame dans lequel Gong Li, vieillie pour les besoins de son personnage, est impressionnante. Une performance vraiment touchante pour la sublime actrice chinoise." Alain Grasset  Le Parisien "Tout en dénonçant les heures noires du maoïsme, Zhang Yimou nous immerge dans une magnifique histoire d'amour."  Alain Spira, Paris Match "La beauté poignante de l'actrice [Gong Li] comme sa présence intense apportent une grande force à cette histoire." , Caroline Vié, 20 Minutes "Avec une image à l’esthétique soignée, "Coming Home", œuvre délicate et gracieuse, puise sa poésie dans sa sobriété et la répétition des motifs." Corinne Renou-Nativel, La Croix




"Les Héritiers" de Marie-Castille Mention-Schaar.  COUP de COEUR
L'aventure d'une classe de seconde dissipée dans un lycée de Créteil, banlieue au sud de Paris qui, à l'initiative de sa professeure (excellente Ariane Ascaride), décide de passer le Concours National de la Résistance et de la Déportation. Au fil de leur recherche et de leurs découvertes (touchante séquence de leur rencontre avec un ancien déporté), ils apprendront la solidarité et la tolérance. A partir d'un scénario coécrit par un des jeunes acteurs, Ahmed Drame, s'inspirant de son histoire personnelle, ce film est fort émouvant grace aussi à l'interprétation des jeunes comédiens. Ce film va certainement rencontrer un succès d'estime et, peut-être, une forte audience, on l'espère, auprès des jeunes générations.Critiques choisies : "Les Héritiers", c’est une magnifique histoire vraie, émouvante, pédagogique, édifiante, portée par ses acteurs et sa réalisatrice, qui nous embarquent dès les premières minutes" Danièle Attali, Le Journal du Dimanche "Un film d’utilité publique" Frédéric Mignard, aVoir-aLire.com"  "Une bouffée d'air frais." Jacky Bornet, Culturebox "Le troisième long-métrage de Marie-Castille Mention-Schaar(...) est aussi un message d'espoir et un hommage à la noblesse de la mission des enseignants." Pierre Vavasseur, Le Parisien

"Mr. Turner" de Mike Leigh.

Mon avis
: Laissez-vous emporter par les paysages, les intérieurs ou les portraits plus vrais que nature à travers cette plongée âpre en eaux fortes et clair-obscur dans la création au temps du paysagiste incarné avec talent par Timothy Spall qui a bien mérité son prix d'interprétation à Cannes.
Le pitch : Les dernières années de l’existence du peintre britannique, J.M.W Turner (1775-1851). Artiste reconnu, membre apprécié quoique dissipé de la Royal Academy of Arts, il vit entouré de son père qui est aussi son assistant, et de sa dévouée gouvernante. Il fréquente l’aristocratie, visite les bordels et nourrit son inspiration par ses nombreux voyages. La renommée dont il jouit ne lui épargne pas toutefois les éventuelles railleries du public ou les sarcasmes de l’establishment. A la mort de son père, profondément affecté, Turner s’isole. Sa vie change cependant quand il rencontre Mrs Booth, propriétaire d’une pension de famille en bord de mer.

Critiques choisies : "Le réalisateur britannique approche avec force et grâce le mystère de création du maître." Thomas Sotinel, Le Monde "Une œuvre rude, rustre, vive, exubérante, stridente et grinçante, empreinte de fantaisie et de mélancolie. Une de ces fresques intimes – comme seuls Stanley Kubrick et David Lean savaient en exécuter – dont chaque plan exhale et exalte une foi absolue en le septième art."  Philippe Lagouche, La Voix du Nord "Magnifique performance photogénique du film, signée Dick Pope, servie par une reconstitution historique sobre et atmosphérique, un casting des seconds rôles très évocateur du temps, avec des trognes spectaculaires." Jacky Bornet, Culturebox "Splendide" Pierre Vavasseur, Le Parisien


. "Retour à Ithaque" de Laurent Cantet : Psychothérapie de vieux ami(e)s cubains après le retour d'un des leurs au pays natal. Comme une forme de radiographie parfaite d'une révolution et de ses désillusions. Le pitch : Tania, Eddy, Rafa et Aldo sont réunis sur une terrasse de La Havane, à Cuba, pour fêter Amadeo, de retour après seize ans d'exil. Tous ont construit leur amitié sur la certitude d'être les pionniers d'une société nouvelle mais leurs rêves ont été réduits en poussière. Excepté Eddy, qui s'est laissé corrompre par le système, tous sont meurtris par la perte de leurs illusions et la cruelle traversée de la « période spéciale » provoquée par le blocus imposé par les Etats-Unis en 1990. Le groupe goûte à ces retrouvailles jusqu'à ce que Tania dévoile ce qu'Amadeo leur cache : il a décidé de rester à Cuba...


En attendant de vous faire ma sélection des autres sorties des films en salles, je recommande...

The Search de Michel Hazanavicius. Le pitch : Le film se passe pendant la seconde guerre de Tchétchénie, en 1999. Il raconte, à échelle humaine, quatre destins que la guerre va amener à se croiser. Après l’assassinat de ses parents dans son village, un petit garçon fuit, rejoignant le flot des réfugiés. Il rencontre Carole, chargée de mission pour l’Union Européenne. Avec elle, il va doucement revenir à la vie. Parallèlement, Raïssa, sa grande sœur, le recherche activement parmi des civils en exode. De son côté, Kolia, jeune Russe de 20 ans, est enrôlé dans l’armée. Il va petit à petit basculer dans le quotidien de la guerre.
Mon avis : Une histoire de destins que la caméra du réalisateur rend intensément dramatique autant par les expressions que par les évènements tragiques subis par les protagonistes. Une réflexion sur la guerre et ses conséquences sur les êtres.

Critiques choisies :  "Avec des héros à dimension humaine, des situations dramatiques fortes et un souci de réalisme jamais pris à défaut, "The Search" parvient à nous embarquer sur l'étroite ligne de démarcation qui sépare le mélodrame du récit de guerre et d'action. On vit le conflit à hauteur d'enfant, on frémit, on s'émeut. Chapeau The Artist !" Hubert Lizé, Le Parisien "Le risque que prend "The Search", c'est de n'exister qu'en creux, dans les pistes qu'il explore et les questions qu'il laisse en suspens. Ca ne veut pas dire qu'il n'est pas parsemé d'extraordinaires moments de cinéma."  Frédéric Foubert, Première

. "Eden" de Mia Hansen-Løve, c'est la génération DJ des années 90 à aujourd'hui qui est dépeinte à travers le personnage d'un musicien pour dancefloor (qui n'est autre que le frère de la réalisatrice et le co-scénariste), confronté aux passions et désillusions amoureuses autant que musicales. Entre mélancolie et énergie, on est électrifié par la musique garage. Une belle réalisation aux rythmes constants.

Après "l'Homme de marbre" et "l'Homme de fer", le réalisateur polonais Andrzej Wajda avec "L'Homme du peuple" clôt sa trilogie en retraçant la montée en puissance de l'ouvrier et père de famille Lech Walesa, fondateur du premier syndicat libre en régime communiste. Un biopic intéressant (mélangeant habilement images de fiction et d'archives) mais pas tout à fait convaincant.
 
Et surtout...

. "Les opportunistes" de l'italien Paolo Virzì qui narre les affres de deux familles du nord de l'Italie - dont l'une richissime - où l'argent façonne les rapports mais qu'un accident va brutalement changer le destin. Intelligemment filmé façon Rashomon (la même histoire racontée d'après trois personnages), nos points de vue en sont sans cesse remis en question. Valeria Bruni Tedeschi est parfaite dans son rôle de bourgeoise en proie au démon de minuit.

. "Night Call" de Dan Gilroy.
Le pitch : Branché sur les fréquences radios de la police, Lou parcourt Los Angeles la nuit à la recherche d’images choc qu’il vend à prix d’or aux chaînes de TV locales. La course au spectaculaire n'aura aucune limite...
Mon avis : Une dénonciation du cynisme des médias pour satisfaire le  voyeurisme de certains téléspectateurs. Thriller efficace.
Critiques choisies : "Amoralité glaçante, mais drôle aussi, pour qui aime déguster l'humour très noir." Cécile Mury, Télérama "Porté par l'excellent Jake Gyllenhaal, le premier film de Dan Gilroy est une salutaire piqûre de rappel sur la déchéance de nos sociétés américanisées." Pierre-Julien Marest, Les Fiches du Cinéma

. "Marie Heurtin" de Jean-Pierre Améris. D'après une histoire vraie, une adolescente aveugle, sourde et muette complètement désocialisée, prise en charge par une jeune religieuse (Isabelle Carré magnifique) qui, à force d'obstination, réussira à lui apprendre à communiquer grâce à la langue des signes. Dans le rôle de la sauvageonne, la jeune Ariana Rivoire est saisissante. 

 
. "Love is strange" d'Ira Sachs. Un couple de gay new-yorkais proche de la retraite font face à l'intolérance de leurs proches. Un beau mélo tendre et subtile sur le rôle de la famille face aux différences. Comme toujours, l'amour vient à la rescousse.

 . "La prochaine fois, je viserai le coeur" de Cédric Anger. Fascinante plongée dans la vie d'un policier tueur d'adolescentes. A partir de l'affaire du "tueur de l'Oise" qui a marqué les années 70, le réalisateur dresse un portrait intérieur - sans élucider les motivations - d'un homme rangé en proie à ses démons intérieurs. Guillaume Canet en flic froid et cynique fait peur.

Des autres films vus récemment, je recommande...

[COUP de COEUR]"Interstellar" de Christopher Nolan. Mon avis : Grandiose. Depuis "2001, l'odyssée de l'espace", jamais un film de science-fiction n'avait été aussi loin pour parler de l'avenir de l'humanité avec autant d'intelligence et de force émotive.
Critiques choisies :  "Christopher Nolan explore l’espace et le temps avec cette fascinante odyssée de «hard» science-fiction" Yannick Vely, Paris Match "Le réalisateur d'"Inception" jongle avec les codes de la science-fiction et les émotions pour ce conte philosophique qui évoque Kubrick autant que les fables métaphysiques de Tarkovski." Caroline Vié, 20 Minutes "Ebouriffant, culotté, (...) émouvant et halluciné, réalisé d'un gant de velours." Eric Libiot, L'Express "Christopher Nolan inscrit son nouvel opus au panthéon des grands films métaphysiques, à la croisée de l'homme et de son destin." Jérôme Saunier, Voici


. "A girl at my door" de July Jung. Mon avis : Délicat et intense à la fois, ce film coréen traite des problèmes difficiles avec un art de la narration peu commun. Critiques choisies :  "L'intolérance, l'alcoolisme, la violence, l'homosexualité (un sujet quasiment inédit dans le cinéma coréen) sont au menu épicé de ce premier film prometteur qui oscille entre l'introversion et l'hystérie pour dessiner les portraits insolites d'une Jean Valjean flic et d'une Cosette pas causante." Alain Spira, Paris Match "Un premier long-métrage de haute volée grâce à un scénario riche, des acteurs talentueux interprétant avec finesse des rôles complexes et une mise en scène habile."  Marianne Renaud, aVoir-aLire.com

. "'71" de . Yann Demange. Mon avis : "Premier long métrage de Yann Demange, “'71” ne vous lâche pas comme les adversaires pour son personnage principal.
Critiques choisies : "Ce récit, magistralement filmé, est ancré au plus profond de la réalité irlandaise de ces années de plomb." Hubert Lizé, Le Parisien "On reste bluffé par ce tour de force. Haletant et jamais manichéen. tour de force. Haletant et jamais manichéen." Baptiste Thion, Le Journal du Dimanche "On ressort de "'71" sur les rotules, impressionné par les performances enragées de Yann Demange et de son acteur, Jack O'Connell." Simon Riaux, Ecran Large

. "Une nouvelle amie" de François Ozon. Mon avis : Confusion des genres et fusion des sentiments. Entre Hitchcock et Almodovar, Ozon raconte, avec habileté, comme un "Vertigo" transgenre, une histoire d'amour(s) - peu commune, ambigue et surtout encore taboue - servie par une belle prouesse d'acteur-trice mais qui risque de dérouter ceux dont le cinéma doit refléter leurs envies et leurs entendements. Un sujet qui risque de provoquer des discussions dans les couples, autant homos qu'hétéros tant les clichés sont encore vivaces.
Critiques choisies : "François Ozon signe un film original et culoté, bourré de générosité, d'humour et d'un sens de l'émotion savamment dosé." Caroline Vié, 20 Minutes "Jamais (Ozon) n'avait misé avec autant de force et d'élégance sur l'ambiguïté." Pierre Murat, Télérama "Ozon brasse tous ces questionnements, travestissements, hypothèses sexuelles, glissements d’identité, suspense sentimental, avec une virtuosité confondante."' Serge Kaganski, Les Inrockuptibles "Foisonnant, drôle et retors, le film passionne, questionne et bouscule. Et ce, bien après sa conclusion."  Isabelle Danel, Première
"

. De l'autre côté du mur" de Christian Schwochow. Mon avis : Sans manichéïsme, construite comme un thriller, une passionnante réflexion sur le rôle des systèmes qui, pour protéger leur pérennité, étouffent nos vies. Aujourd'hui, si un mur est tombé, d'autres ont malheureusement été érigés, plus sournois. Cette oeuvre a le mérite de montrer que la liberté de l'individu doit avoir sa place quel que soit le régime en place.

"Bande de filles" de Céline Sciamma.
Mon avis : Voilà un film, parfaitement maîtrisé et excellemment
interprété, qui sera certainement sujet de conversation dans les foyers
de banlieue et d'ailleurs... Et c'est tant mieux.

Critiques choisies : "De la famille à la bande, de l’école à la rue, une jeune fille en quête d’émancipation dans un récit d’apprentissage fulgurant."  Serge Kaganski, Les Inrockuptibles "Bande de filles" met en scène toutes les images figées de la féminité et la tentative éphémère et dérisoire pour leur échapper." Raphaëlle Pireyre, Critikat.com "Constamment juste et portée par de jeunes comédiennes débutantes sidérantes, cette oeuvre joyeuse et douloureuse, violente et douce, est une pure merveille."  Isabelle Danel, Première


"Le Sel de la terre" documentaire de Wim Wenders et Juliano Ribeiro Salgado. Mon avis : Autant intéressant pour les images que pour le parcours de ce photographe humaniste.
Critiques choisies : "Si ses photos sont sans égales, l'histoire de l'homme Salgado vaut aussi d'être contée. Un film magnifique et bouleversant." Jean-François Lixon, Culturebox - France Télévisions "Assurément, l’un des plus beaux documentaires de l’année." Virgile Dumez, aVoir-aLire.com


[COUP de COEUR] "Mommy" de Xavier Dolan (2h15). Grace aux artifices de la mise-en-scène, du cadre, et du jeu
des comédien(ne)s, le 5e film du jeune québécois de 25 ans est une bombe cinématographique à fragmentation émotionnelle : elle vous explose à la figure et comme une belle chanson triste, vous fait pourtant du bien. Et l'histoire vous poursuit, bien après le générique... Un film qui comptera dans la filmographie des années 2010.
 
Le pitch : Une veuve mono-parentale hérite de la garde de son fils, un adolescent TDAH impulsif et violent. Au coeur de leurs emportements et difficultés, ils tentent de joindre les deux bouts, notamment grâce à l’aide inattendue de l’énigmatique voisine d’en face, Kyla. Tous les trois, ils retrouvent une forme d’équilibre et, bientôt, d’espoir.
Critiques choisies :
. "Un grand film passionnel et pop." Emmanuelle Spadacenta,
CinemaTeaser
. "Enfant de son temps, Xavier Dolan met en scène des existences
bornées par toutes les contraintes, mais réussit à convaincre qu'elles
valent la peine d'être vécues." Thomas Sotinel, Le Monde
. "Porté par trois interprètes en état de grâce, "Mommy" constitue un
mélo pop et flamboyant qui embarque le spectateur dans un grand-huit
émotionnellement inoubliable"  Mehdi Omaïs, Metro "Une évidence
grandiose et libératoire." Arnaud Schwartz, La Croix
."Mommy" est, avec "Laurence Anyways", le meilleur film de Dolan (…),
celui où le cinéaste parvient avec le plus de netteté à ses fins :
parvenir à un certain étourdissement émotif du spectateur, tout en
esquivant, certes parfois de justesse, le pathos fictionnel ou les
entourloupes de scénario et de mise en scène." Joachim Lepastier,
Cahiers du Cinéma
."Certaines scènes magnifiques font monter les larmes aux yeux.
D’autres glacent le sang. Une mise en scène brillante et inventive,
portée par des comédiens fantastiques lumineuse. Une lueur d’espoir
dans ce monde de cris et de larmes." Isabelle Giordano, Femme Actuelle
. "Mommy" est donc merveilleusement hybride : mi-naturaliste mi-«
bigger than life » (plus grand que la vie), tour à tour terre à terre
et parcouru de somptueuses envolées lyriques ou oniriques." Louis
Guichard, Télérama
. "Mommy", film rempli d'amour en forme de bombe émotionnelle, nous
explose à la face. Et nous laisse complètement sonnés."Danièle Attali,
Le Journal du Dimanche
. "On sort de la salle en lambeaux mais contents, convaincus que si la
mélancolie est un doux mélange de joie et de tristesse, alors oui,
"Mommy" rend heureux." Thomas Agnelli, Première
. "Mommy" est LE film de la rentrée, un amour de film, celui qui nous
perturbe."  Gérard Lefort, Libération


Malencontreusement, toutes mes anciennes critiques ont été effacées.

Ma sélection d'EXPOS (automne hiver 2014-2015)


Personnage au manteau brodé (1946) de la mystique Josefa Tolra reconstituant ses "visions" en dessins de "force fluidique" - technique mixte
"LES CAHIERS DESSINES" à la Halle Saint-Pierre (Montmartre, Paris 18e) Cette riche exposition est une invitation à la découverte des sensibilités diverses à travers des dessins, dont certains remarquables, d'auteurs plus ou moins reconnus du 19e à aujourd'hui. Un voyage aux confins des pensées et des fantasmes. Du 21 janvier au 14 août 2015 www.hallesaintpierre.org


Les MAYAS - Révélation d'un temps sans fin au Musée du quai Branly
Les MAYAS au musée du quai Branly jusqu'au 8 février 2015.
Révélation d'un temps sans fin est le sous-titre de cette expo, inédite en France, riche de 400 chefs-œuvres provenant de plus de 40 musées et grands sites mayas du Mexique, qui vous familiarisera avec cette culture encore vivante même si leur civilisation a disparu avec la conquête espagnole. Dans un parcours thématique et progressif, vous découvrirez la vie quotidienne des Mayas, leur organisation politique et leur religion.
Des œuvres étonnantes montrant à quel point cette civilisation était déjà bien avancée pour son époque, tant artistiquement que politiquement. EN SAVOIR PLUS : www.quaibranly.fr

"La Fabrique du Romantisme - Charles Nodier et les Voyages Pittoresques" au Musée de la Vie romantique* jusqu'au 18 janvier 2015
Parrain du monde des arts et des lettres, Charles Nodier (1780-1844), fut une des figures majeures du Romantisme et le maître d’œuvre avec le baron Taylor, des "Voyages pittoresques et romantiques dans l’ancienne France", œuvre gravée monumentale en vingt-quatre volumes décrivant les différentes provinces françaises ; récit ambitieux, à la fois anthologie historique, descriptive et pittoresque, mettant à contribution le meilleur de la peinture de paysage contemporaine, de Bonington à Isabey.
A travers une centaine d'oeuvres (recueils de volumes, dessins et aquarelles, et le riche corpus de peintures qu'inspira ce livre d'images), cette exposition, à travers autant de portraits que de paysages, dévoilent une nouvelle perception de la France du XIXe siècle romantique autour de personnages célèbres que réunissait Nodier - tels Dumas, Vigny, David d’Angers, Devéria, Delacroix ou Boulanger - au Salon de la Bibliothèque de l’Arsenal qui devient, à partir de 1824, le lieu d’accueil et de rencontres de la jeune garde des peintres et des écrivains, étape incontournable du parcours initiatique des romantiques. Une exposition dans le temps et l'espace d'une époque qui (se) révait... avant de se réveiller

* Musée de la Vie romantique (Hôtel Scheffer-Renan) 16, rue Chaptal - Paris 9e Tél. : 01 55 31 95 67 - Ouvert tous les jours, de 10h à 18h sauf les lundis et jours fériés. Métro : Saint-Georges, Pigalle, Blanche, Liège - Bus : 67, 68, 74, 30 - Stations Velib' : 38 rue Victor Massé ou 4 rue Moncey

Gaieté hermaphrodite de Félicien Rops - L'OMBILIC du RÊVE au Centre Wallonie-Bruxelles
le site de l'expo  www.voyagespittoresques.paris.fr (Mini-site web adapté à tous les supports (du mobile au desktop)

L'OMBILIC du RÊVE
au Centre Wallonie-Bruxelles jusqu'au 4 janvier 2014. Une plongée aux limites de notre conscience à travers l'imaginaire graphique de 4 artistes d'exception : Félicien Rops, Max Kilnger, Alfred Kubin et Armand Simon. Une centaine de dessins et de gravures d'une richesse imaginative où les frontières "convenues" sont largement dépassées. Pour notre plus grand plaisir.
Centre Wallonie-Bruxelles 127, 129, rue Saint-Martin Paris 4e (Beaubourg) -  www.cwb.fr

La Fondation ELECTRA met le courant sur le Street Art jusqu'au 1er mars 2015.Vous saurez tout (ou presque) sur ce mouvement "qui s'affranchit des règles" grâce à ce large panorama historique, depuis ses origines jusqu'aux années 2000. Interactive, vous pourrez aussi expérimenter le light grapp, tagger ou calligraphier sur le mur Water Light Graffiti d'Antonin Fourneau ou réaliser votre première fresque sur un train grâce à Picturae, application numérique parfaite, entre écran et lumière , créé par Patrick Suchet. Et bien d'autres choses encore... Bref, une ballade culturelle et interactive qui vous électrisera.
ENTREE LIBRE du mardi au dimanche de 12h à 19h (sauf jours fériés)
En savoir plus : http://fondation.edf.com

[MES BONS PLANS] bars, restaurants, boutiques, pratique, voyages...




L'unique pâtissier iranien de Paris !
Shirinkam (Montagne de Pain) à Saint Germain des Prés (6e) 
L'unique pâtissier iranien de Paris vous propose dans sa boutique située au cœur de Saint Germain des Prés des spécialités iraniennes* sucrées et salées (mais surtout sucrées), fraîchement préparées. Les prix sont tout à fait honnêtes. Vous avez de très fortes chances de vous voir offrir un thé voire une dégustation gratuite, et peut-être que les plus curieux sauront comment le chef est devenu pâtissier... Longue histoire 
Marché Couvert Saint Germain des Prés, 4 rue Lobineau Paris 6e
Ouvert du mardi au samedi de 8h à 20h et le dimanche et jours fériés de 8h à 13h30. Tél. 01.40.51.00.86 - 06.27.19.47.47

en plein coeur des Halles (centre de Paris)...
Pop'tatoes, c'est le nouveau concept de "food attitude" à base de pomme de terre garnies comme vous le souhaitez. C'est petit mais pour manger sur le pouce, c'est parfait. A tester. Moi, j'ai été ravie et mon porte-monnaie aussi ! Ouvert jusqu'à 22H au 18 rue Montorgueil (Paris, 1er) - 09 51 95 08 61


dans le Marais...
"Comme à Lisbonne" Victor, Patricia et Christophe vous propose leur "Pasteis de Nata" , une pâtisserie portugaise sur pâte feuilletée et servie toujours chaud (et toute la journée !)... Un délice (à l'unité ou dans une belle boîte de 12). A accompagner du café lisboète (le seul au monde à être torréfié 2 fois dont la première avec du sucre, ce qui lui donne ce goût si particulier doux-amer). Servi sur place ou vendu en paquets. 37 rue de Roi de Sicile (4e) du mardi au samedi de 11h à 20h commealisbonne.com

bien-être Ouverte depuis fin 2011, en plein quartier de la Goutte d'Or, une caverne d'Ali Baba sans vous ruiner... NourZamen, est une boutique consacrée aux parfums et aux produits pour le corps (Accessoires, Argiles et Ghassouls, Cires, Eaux, Encens, Hennés, Huiles, Khols et Harkous, Parfums, Phyto Masque, Savons, Savons noirs, Shampoings, Soins et Protections) - NourZamen 51, rue de la Gouttte d'Or (Paris, 18e) - - nourzamen.com - 01 42 54 93 92 (s'y recommander de ma part)

3 lieux inattendus à Paris ! Qui a encore envie de se retrouver dans la foule ? De déjeuner sur des terrasses bondées ? De prendre son café dans un lounge bar sans âme ? De se faire servir à la chaîne ? Personne ! Mailys de Seze, une jeune parisienne, spécialiste des endroits inattendus à Paris nous donne ses meilleures adresses pour ceux qui recherchent l’originalité. Paris Zig-Zag les a tous testés : ils sont magiques !

Du côté de St-Lazare, Opéra ou Place Clichy...
Carnet de voyage. Un restaurant Chinois authentique...Woks, marmites et fondues : une carte appétissante et sans aucun rapport avec celle des habituels et exécrables restos chinois. Copieux et goûteux. Vous y reviendrez... 4 rue de Budapest (9e) - 01 48 78 24 50 - Métro : Havre Caumartin ou Saint-Lazare. Attention, souvent plein ! (pas de réservation possible)

près des grands boulevards, près des grands magasins Galeries Lafayette et Le Printemps...
Les Mamans des nouveaux propriétaires proposent leurs cuisine chacune à leurs tours. Décors chaleureux où vous pouvez vous retrouver entre ami(e)s. Les fils à maman au 7 bis Geofffroy Marie (9e) - 01 48 24 59 39 - lesfilsamaman.com

A La Bastille...

"Aux Tontons Flambeurs", cuisine du Sud-Ouest.
Xavier, bordelais, a réouvert récemment ce restaurant de quartier niché non loin de la Bastille pour nous servir une cuisine chaleureuse qui sent bon le terroir à des prix doux : magret grillé, Axoa de veau ou Plancha océane (gambas, espadon, dorade, haddock) avec risotto de la mer. Goûtez au camembert rôti aux amandes : exquis. Parmi les desserts, le Brocciu à l'armagnac ou le Croustillant aux figues et à la crème d'amandes... Quant aux vins choisis, on peut faire confiance au nez du Chef et aux clients qui en ont déjà fait leur repaire. Tous les samedis, Fatou, sa charmante compagne guinéenne, concocte une cuisine africaine pour le plaisir de tous. Musique live les mercredis (18H à 21H) . Ouvert midi et soir - Fermé le dimanche - 8, rue de la main d'Or (11e) - métro Ledru-Rollin - Réservation en ligne ou au 01 48 05 37 17 - auxtontonsflambeurs.oxatis.com

Quartier Oberkampf / Ménilmontant...
L'Esprit Chaï,
bon et sain. Petit restaurant niché dans la rue Oberkampf (quartier branché des jeunes artistes de l'Est de Paris) qui vous sert entre autres de délicieuses soupes (j'ai pu apprécié la soupe thaï) . Tout est fait maison comme les desserts, succulents. "Manger sain, être bien" telle est leur devise. Et autre bonheur : ça ne vous coûtera que quelques euros... sans les rots après la visite dans certains restaurants "à la mode fist-food" . Alors, sortez de vos idées reçues et prenez l'Esprit Chaï. Ouvert du lundi au samedi de midi à 23 h au 115, rue Oberkampf (Paris, 11e - métro St-Maur ou Ménilmontant - 06 14 25 50 00)

Dans mon île Saint-Louis...Plus qu'un salon de thé "la Charlotte de l'Isle", dans la merveilleuse Île Saint Louis est un havre de paix et un lieu de rencontres humaines et artistiques. Pour en savoir plus sur ce lieu à part, visitez le site : la-charlotte.fr. La Charlotte de l'Isle accueille du mardi au samedi jusqu'à 22 H 30 au 24, rue Saint-Louis en l'Ile Paris 4e
Pour un RV amoureux ou d'affaires, les cafés contemporains BERT'S proposent des produits équilibrés à des tarifs très abordables dans des décors cosy très tendance (pause gourmande et lecture de la presse) - Les adresses : www.berts.com

à la République...Pour "les grands enfants réveurs" avant leurs sorties nocturnes, OH LALA! , est un restaurant/bar / loft très East London, ouvert à deux pas de la République. Moderne et référencé, adapté au moment de la journée, dans ce nouveau "lieu de vie et d'échange" qui se veut aussi ludique et créatif, vous dégusterez la cuisine "enlevée et inventive" du chef Cyril Martin à des prix abordables tout en écoutant la musique fox-trot ou électro dans des fauteuils cosy en lorgnant les artistes du moment. Et, en sous-sol, un bar dancing pour enivrer toutes les vanités. Sur un écran, la sélection de Parissi affiche les bons plans pour prolonger la nuit.
Le
OHLALA ! est ouvert du mardi au samedi de 11h à 14h et de 16h à 2h du matin. Ouvert le dimanche de 11 h à 16 h pour le brunch.
4, rue Rampon Paris 11e -
(M° République ou Oberkampf) - ohlala-paris.fr
tel: 01 47 00 65 98

Dans le Marais...
Créé il y a 3 ans par Sylvain et Philippe, ce petit lieu sis dans le Marais a aujourd'hui une clientèle fidèle qui se refile l'adresse. Ces esthètes de la cuisine raffinée proposent une "cuisine des saveurs" qui enchantera vos papilles dans un cadre discret hors des modes bruyantes du Marais. Brunchs, salon de thé, cocktails. Etamine Café au 13, rue des Ecouffes (4e) - métro Saint-Paul - Tél. 01 44 78 09 62 - ouvert du mardi au dimanche de midi à minuit - etamine-cafe.com - (vous recommander de caphi)
Restaurant Riad Nejma 114, rue Saint-Martin Paris (4e, face au centre Georges Pompidou) - Tous les jours de 11h à 2H du matin. Personnel attentionné. Comme si vous étiez là-bas, à Marrakech ! 01 42 78 35 00

Près de l'Institut du Monde Arabe...
Cuisine méditerranéenne
La Ferme, nouveau et chaleureux restaurant kabyle à Paris pour déguster une cuisine familiale, raffinée, mijotée avec amour par une femme kabyle. Couscous d'orge à l'ancienne avec sa viande séchée et ses cornilles, galette berbère avec son felfel (piments, tomates, poivrons grillés et pilés), l'âsvane (boulettes de semoule parfumée à la menthe fraîche). Champagne ou gâteaux offert pour 6 personnes à l'occasion d'un anniversaire La Ferme, 16-18 rue des Fossés Saint-Bernard Paris Ve (métro Cardinal Lemoine ou Jussieu) - restaurant-kabyle.com

aux Champs-Elysées...OUVERT JOUR et NUIT - L'Aubrac, 37, rue Marbeuf Paris 8e (Champs-Elysées). Un restaurant traditionnel français dont la réputation n'est plus à faire. Dans un cadre fermier, une cuisine ,comme son nom l'indique, qui fleure bon le pays des vaches et de l'Alligot. Roboratif lorsqu'on doit prolonger la nuit...

Avant de partir...
L'incontournable Train bleu (dans la gare de Lyon, Paris 12e) autant pour le décor 1900 que pour l'assiette ! 01 43 43 09 06 - le-train-bleu.com

[mode] Avec ce créateur de couleurs et de vie, c'est la FÊTE tous les jours ! Artiste peintre, créateur de bijoux, conseiller en décoration d'intérieur et en Feng Shui, Ben Azri est un être à part dans l'univers de la création. Avec toute son érudition et sa passion, cet artiste berbère disponible et attachant vous fera connaître toutes les facettes de ses talents et vous conseillera pour un choix de cadeaux dans sa boutique ouverte au 24, rue Charles Baudelaire Paris 12e - métro Ledru Rolin - 01 43 40 04 99 - (vous recommander de la part de caphi) - Voir son site, riche et coloré : benazri.com

A Saint-Germain-des-Prés, dans le marché couvert, une boutique qui propose des vêtements, accessoires, sacs et bagages très tendance à des prix très abordables.(vous recommander de caphi) - chez Laurène au 14 rue Lobineau (dans le Marché St-Germain-des-Prés), Paris 6e - Tél/fax :01 43 25 53 71 - ouvert du lundi au samedi de 10 H à 19 H30 sans interruption.100% Visite Insolite à Paris : ParisZigZag souhaite vous faire découvrir un Paris en dehors des sentiers battus... Venez vous évader avec eux !www.pariszigzag.com  
Consultez ici les bars typiques de Paris

[tourisme] Enjoy Your Paris Bienvenue au pique-nique hebdomadaire de Enjoy your *, un site Internet qui met en relation des Parisiens amoureux de la capitale, et des touristes lassés des parcours balisés. Cette forme de tourisme hors des visites guidées est en plein développement dans la capitale. Les premières balades hors des quartiers touristiques, à l’est de comme à Belleville ou Ménilmontant sont apparues il y a quelques années. Les tour-opérateurs commencent à les inscrire dans leur programme. Des associations comme "Parisien d’un jour" forment même des guides bénévoles. L'occasion pour vous de découvrir ou redécouvrir Paris, d'échanger et de vous ouvrir à d'autres cultures. Des expositions, des dégustations, des concerts, des rencontres sportives, des balades, des visites, des discussions autour d'un verre... Créé par deux jeunes ingénieurs Parisiens, Enjoy your Paris se présente sous la forme d’un site de rencontres classique, la gratuité en plus... En savoir plus et s'inscrire > EnjoYourParis http://fr.enjoyourparis.com/

Locations insolites en Europe
Trullo, à louer dans le sud de l'Italie, à Alberobello, dans cette région des Pouilles où l'habitat paysan, hérité de la préhistoire et classé sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco, est conique, badigeonné à la chaux et coiffé d'un chapeau pointu en tuiles de pierre : voilà une manière insolite de passer ses vacances d'été. Une offre, signée Abritel, parmi d'autres, en Europe ou en France, pour ce spécialiste de la location sur Internet qui sélectionne les bâtisses rares. Comme cette yourte plantée en Ardèche qui se loue 150 euros le week-end pour quatre personnes, cette maison troglodyte située au coeur du parc naturel de Baza en Andalousie (Espagne) facturée 11 euros la nuit, par personne, ou encore cette église irlandaise située en pleine campagne, à 2 kilomètres de l'océan et des plages de la baie de Clew, restaurée avec un parti pris délibérément contemporain, et qui peut accueillir jusqu'à dix personnes (compter 23 euros la nuit par personne ou de 1 200 à 1 700 euros la semaine selon la saison). Les toits les plus rares sont aussi les plus recherchés, et les réservations pour la haute saison se prennent, justement, le plus tôt possible. Site Internet : abritel.fr.

Vous partez en vacances. Votre animal préféré a droit aussi à toutes les attentions...
Pension **** pour chats
: gîte et couvert haut de gamme garantis (Paris 15e) Les chats y sont traités comme des pachas. C'est pas chouette, chat ? : www.matous.fr - Fabienne Champarnaud : 01 42 73 63 28 (sur RV)